Un projet réalisé dans les camps de réfugiés sahariens de Tindouf, en Algérie.

 

Prenant comme point de départ l'ignorance et l'incertitude en l'avenir, je propose une série d'activités parallèles et ouvertes qui peuvent donner lieu à l'échange et à la dialectique, en travaillant autour des concepts d'avenir, de travail, de territoire et de décolonisation avec de jeunes nés après la cessez-le-feu de 1991.

 

C’est dans cet objectif que j’ai proposé de travailler gratuitement avec ces jeunes qui ont étudié une licence universitaire dans d'autres pays et qui, n’ayant pas pu trouver de travail à l’étranger,  ont du revenir dans ces camps de réfugiés.

 

La durée et le contexte dans lequel j'ai réalisé ces travaux m'ont permis d'obtenir des informations sur ces personnes et le travail qu'ils faisaient, leurs horaires et leurs habitudes, fait pouvant sembler banales, mais ayant toujours une implication politique et sociale.

 

Le processus a été documenté  puis retranscrit sous forme d’installation vidéo.

 

Il a été présenté dans le symposium international AGI research à la Fondation Tapies, Barcelone, et à l'école d'Hautes Études dans Sciences Sociales de Paris dans les journées ‘Rencontres et formes de représentation à l’ère de la mondialisation: une perspective artistique et académique’.


link.

 

_____________________________________






Performance/ Workshop

2016